Quand passé et présent se rencontrent et s’harmonisent en une danse à laquelle « l’âme poète » ne peut rester insensible… Je ne peux résister à l’envie de partager ce merveilleux texte de Jacqueline Badaire, amoureuse de l’Aubrac.

 

Son texte et ses photos m’ont inspiré ce haïku :

 

visite des butineurs

la vieille ferme offre son âme

aux randonneurs 

 

 

« Parfois, les vieilles demeures se parent d’un col de dentelle blanche et légère offrant la poésie au regard ému de l’âme poète.

Volets et portes  clos depuis de nombreuses années, la vieille ferme s’ est endormie, ornée de lichens ambrés qui réchauffent ses pierres grises…

Les bruits de pas, les voix des fermiers qui y ont durement travaillé, les souffles des naseaux et les meuglements des aubracs qui s’abritaient l’hiver dans la grange, n’animent plus  les vieux murs.

La vie est dehors, au pied de ces murs solitaires.

La seule musique  qui berce  le long sommeil de la ferme est celle des oiseaux qui nichent dans quelques fentes, les bourdonnements des butineurs qui moissonnent les pollens des belles ombelles blanches .

La nature généreuse et libre se fait la complice des vieilles pierres qui veulent “vivre” encore et encore…. »

 

Jacqueline Badaire 

 

Photo @Jacqueline Badaire


Si vous aimez, vous êtes libre de partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 thoughts on “La vieille ferme

  1. Merci Mireille pour ce beau partage , c’est un régal ! On entre dans l’intimité de ces vieilles pierres 🙂 BRAVO à toutes les deux 👏👏

  2. C’est un vrai enchantement de se retrouver devant cette vieille ferme en plein milieu de l’Aubrac que Jacqueline sait si bien raconter…! Merci et bravo à toutes les deux pour ce texte et pour sa magnifique présentation ! Fascinant Aubrac…! <3 <3

    1. L’Aubrac mérite que l’on parle de lui… et quand on en parle comme le fait Jacqueline, on ne peut qu’avoir envie de partager. Merci Jeanine d’apprécier cet article !

  3. Très émue Mireille Peret de ta démarche poétique et amicale. J’aime beaucoup ton haïku qui illustre si bien l’esprit de ces bâtisses émouvantes qui ne peuvent nous laisser indifférents. Elles continuent à “vivre” ces pierres debout . L’Aubrac est magique et a tant à nous raconter, il suffit de prêter l’oreille et d’ouvrir notre regard et …..Les haïkus talentueux naissent pour chanter sa musique . Jacqueline

    1. C’est un plaisir de partager ton “regard” poétique et sensible. C’est grâce aux “âmes poétiques” telles que la tienne que ces vieilles pierres continuent à vivre. Merci à toi Jacqueline !

Laisser un commentaire