Haiku vol.5 vient de paraitre !


Très honorée et heureuse d’intégrer une nouvelle fois l’anthologie internationale de Haïku University avec ce cinquième volume arrivé samedi de Tokyo ! Une merveilleuse édition, dirigée notamment par les professeurs Nagata Mitsunori (président d’Haïku University) et Mine Mukose (traductrice, responsable de publication et rédactrice en chef) que je remercie très chaleureusement !

10 de mes haïkus en deux lignes, traduits en japonais y figurent sur une double page, ainsi que plusieurs sélections hebdomadaires. Nous sommes 150 haijins du monde entier à nous rassembler dans cette incroyable anthologie !

 





Weekly Brendon Kent (mars 2019)


Voici l’une de mes sélections hebdomadaires publiées dans ce volume, merveilleusement commentée par Brendon Kent qui m’avait fait l’honneur de classer mon haïku à la troisième place de sa sélection :


3RD PLACE


maison abandonnée 

le vieux prunier bientôt en fleurs


abandoned house 

the old plum tree soon in bloom


Mireille Peret

(Eng.tr. Brendon Kent)


Line 1 immediately sets the mood in this melancholic haiku with ‘abandoned house’. Line 2 sets the season. This is a good example of seasonal keywords being used instead of standard kigo…’the old plum tree soon in bloom’. Without mentioning the season we now know that it must be early spring when nature begins its beautiful display of colour. The sense of sadness arises when we consider there will be no-one in the abandoned house to witness it. Nature however will carry on regardless…if all humans left this world, nature would stand more chance in surviving and would thrive! I wonder how many stories that old plum tree could tell! Perhaps the previous occupants of the house planted this tree but have now deceased, the possibilities are endless.

The unsaid (ma) in this haiku means that in just 2 lines a whole story could be written…a wonderful haiku.

**********


3 ème place


maison abandonnée 

le vieux prunier bientôt en fleurs


Maison abandonnée

Le vieux prunier bientôt en fleurs


Mireille Peret

(fr. Tr. Brendon Kent)


La ligne 1 met immédiatement l’ambiance dans ce haïku mélancolique avec ‘ maison abandonnée ‘. La ligne 2 fixe la saison. C’est un bon exemple de mots-clés saisonniers utilisés au lieu du kigo standard… ‘ le vieux prunier bientôt en fleur ‘. Sans mentionner la saison, nous savons maintenant qu’il doit être tôt le printemps quand la nature commence son bel affichage de couleur. Le sens de la tristesse surgit quand nous considérons qu’il n’y aura personne dans la maison abandonnée pour le voir. La nature, cependant, va continuer… Si tous les humains quittaient ce monde, la nature aurait plus de chance de survivre et de prospérer ! Je me demande combien d’histoires ce vieux prunier pourrait raconter ! Peut-être que les anciens occupants de la maison ont planté cet arbre mais sont maintenant décédés, les possibilités sont infinies.

Le non-dit (ma) dans ce haiku signifie qu’en seulement 2 lignes, une histoire entière pourrait être écrite… un merveilleux haïku.




HAÏKU SHIKI


Egalement arrivés du Japon, deux exemplaires de “Haïku Shiki”, grand magazine japonais superbement illustré, où figurent deux de mes haïkus ! Il s’agit de haïkus avec kigos (mots de saison proposés par le président de l’Université) sélectionnés parmi les meilleurs du mois :


tout le ciel dans ses yeux

cerf-volant

*

dans l’herbe ses petits pieds nus

matin d’été







Si vous aimez, vous êtes libre de partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 thoughts on “HAÏKU Vol.5 et Haïku Shiki

  1. Bel échantillonnage de haïkus justement récompensés ! Superbe commentaire de Brendon Kent en effet ! Voilà ta bibliothèque bien teintée de couleurs du Japon…! 😀 👍

    1. Oui Jeanine ! et mon haïku rejoint ton commentaire : vent d’été / le Japon fleurit ma bibliothèque

  2. Quel beau partage encore une fois….. Tes mots s’envolent vers le Japon et à travers le monde….. Comme quoi les frontières n’existent pas…
    Quelle belle interprétation de ton haïku…. 3ème place…Waouh!!!!!
    J’aime particulièrement “Dans l’herbe ses petits pieds nus – matin d’été… Tu l’avais déjà cité et je pense que là aussi on pourrait raconter une jolie histoire… C’est la magie du haïku… Bravo Mireille !

Laisser un commentaire