Composer un haïku

Je ne prétends pas être une spécialiste des haïkus, loin de là… Je souhaite seulement  partager mon expérience personnelle et transmettre quelques bases de composition afin d’aider et encourager ceux qui hésitent à se lancer dans l’aventure.

 

Mon expérience

Comme je l’ai dit dans ma présentation (page « A propos »), c’est le livre « L’Effet Haïku » de Pascale Senk qui m’a lancée dans cette passion.

Dès que j’en ai entrepris la lecture, j’ai eu envie d’écrire mes propres poèmes. L’expérience m’a tout de suite conquise et, depuis, mes deux petits carnets ne me quittent plus. Sur l’un, je note en vrac les idées qui me viennent et qui risqueraient de m’échapper… Sur l’autre, j’inscris mes haïkus aboutis.

Car un haïku peut être retravaillé… Si le temps ou l’inspiration nous manquent, inscrire les mots qui nous viennent dans l’instant permet de nous en remémorer les détails,  l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvions à ce moment précis.

J’inscris toujours la date du jour devant mes haïkus, me constituant ainsi une véritable liste de souvenirs.

Pendant quelques mois, trop absorbée par ma peinture, j’avais peu à peu espacé, puis abandonné  l’écriture des haïkus. Mais il m’a suffi, un jour, de relire mon carnet pour que ma passion refasse surface. Tous ces poèmes, comme un journal intime, me replongeaient soudain avec délice dans le souvenir de ces instants précieux.  L’écriture du haïku était devenue pour moi une évidence.

La lecture de celui-ci, par exemple, m’a tout de suite rappelé l’ambiance de cet après-midi d’automne où, assise sur ma terrasse, je savourais la douceur de l’air, presque estivale (à la base écrit en 3 lignes) :

 

douce brise estivale sur mon visage –

l’automne a chaud

 

Depuis, au fil des saisons, je ne cesse de griffonner mes petits carnets, principalement depuis ce début d’année où j’ai rejoint plusieurs groupes Face Book où le partage, l’échange de conseils et les semaines à thèmes ont décuplé ma motivation.

 

 

Quelles sont les « règles » de base à connaître ?

 

Le haïku contemporain n’impose pas nécessairement un rythme 5/7/5 à 17 syllabes, cette rythmique occidentale de base en 3 lignes. Nous pouvons l’adapter selon les mots utilisés ou la “musicalité” que l’on désire. Toutefois, il est bon de connaître quelques règles de composition afin de préserver  l’ “esprit” du haïku (brièveté, simplicité, émotion, célébration de l’instant présent…)

 

1 – Simplifier, réduire à l’essentiel

  • éviter au maximum les adjectifs, adverbes et articles… qui « alourdissent » le poème
  • élaguer le superflu, supprimer ce qui n’est pas indispensable à la compréhension

 

2 – Si présence d’un verbe, employer le présent

  • même s’il s’agit d’un souvenir
  • les verbes ne sont pas indispensables et peuvent parfois “alourdir” le texte

 

3 – Faire appel à la sensibilité du lecteur

  • ne pas « tout dire », évoquer, suggérer, laisser au lecteur le choix de sa propre interprétation.  « Un haïku réussi est celui capable de se révéler avec force dans l’espace du « non-dit », faisant vibrer l’âme de celui qui le lit »

 

4- Ecrire en langage simple

  • en principe, un haïku ne doit pas être poétique, éviter les rimes.

 

5 – Un mot faisant référence à une saison (kigo en japonais) est bienvenu dans les haïkus

  • on peut utiliser des symboles (jonquille, par exemple, pour le printemps ou neige pour l’hiver)

 

6 – Une césure unique est vivement conseillée

  • cela crée une rupture, un silence, une respiration… entre deux expressions qui doivent être à la fois indépendantes et complémentaires
  • pour marquer la césure, les deux expressions peuvent être séparées par un trait

 

7 – Le haïku peut s’écrire sur 2 ou 3 lignes

  • l’écriture en 2 lignes est plus aisée pour marquer la distinction entre les deux images, tout dépend du nombre de mots et de la musicalité que l’on veut lui donner

 

8 – Veiller à l’ordre des mots

  • la “chute”, l’élément de surprise se situe normalement à la fin, dans la dernière ligne ou même le dernier mot

 

9 – Faire référence à un ou plusieurs des Cinq Sens

  • ceux-ci traduisent souvent naturellement l’émotion et la réalité du moment
  • exemples : chant, silence, parfum, délicieux, magnifique…

 

 

vieux film –

si peu de voitures

dans Paris

 

***

 

douceur d’avril

des chants d’oiseaux éclairent

les nuages

 

***

 

brouillard –

juste le son des cloches

 

 

Comme dans tout art, la pratique et la motivation sont  les deux principaux moteurs de la réussite. N’hésitez pas à vous procurer des anthologies de haïkus.  Entrainez-vous à écrire et lisez-en le plus possible.  Vous trouverez quelques références de recueils et de sites internet sur le site de l’AFH (Association Francophone du Haïku). J’ai aussi l’intention de présenter quelques-unes de mes lectures sur ce blog.

Si vous le souhaitez, vous pouvez également vous inscrire dans des groupes FB ou des forums sur le net, le partage étant très motivant et enrichissant. Cela l’a été pour moi !

 

 

J’espère que toutes ces informations vous seront bénéfiques.

N’hésitez pas à me faire part de vos avis ou autres questions. Pour cela vous pouvez utiliser la rubrique “laisser un commentaire” en bas de l’article, ou bien me contacter via la page « Contact ».

 

A vos crayons !

 

 

 

 

 

 

Partager
  •  
  • 32
  •  
  •  
    32
    Partages
  •  
    32
    Partages
  • 32
  •  

9 réflexions au sujet de « Composer un haïku »

  1. J’écris des haïkus depuis que j’ai lu un article dans une revue féminine qui parlait de “l’effet haïku” que j’ai acheté en suivant ! merci pour vos invitations à écrire dans votre sillage

  2. Article très intéressant et formateur ! Un guide qui pourrait s’appeler « les haïkus pour les nuls » ! 😀 🤣 Comme tu dis Jeanine, c’est pas évident !!
    J’ose te soumettre un haïku , en hommage à ton talent :
    l’émotion surgit
    des mots couchés sur le papier
    vivre en poésie

  3. Merci de nous faire partager ta passion ! <3 Article très intéressant et très éclairant sur l'art du haïku…pas si évident que ça…mais plus facile que je ne le pensais par rapport à la liberté du nombre de syllabes…
    J'adore les quatre haïkus que tu nous proposes….Le haïku amène à la méditation….

    odeur de café
    quelques lignes
    éclairent ma journée

    (Tes observations seront les bienvenues 😉 )

    1. Merci Jeanine ! C’est valable dans les deux sens, la méditation mène au haïku 😊
      Ton haïku est excellent! 👍 Tu peux aussi changer la rythmique, mettre la L1 en L3. Dans ce cas, la césure se trouverait en L2, ça marche aussi !

      quelques lignes
      éclairent ma journée
      odeur de café

Laisser un commentaire